Conclusion

La question des violences urbaines, particulièrement chez les jeunes, est une question qui fait beaucoup parler d'elle, notamment depuis les dernières années, dans lesquelles la violence de banlieue a connue une forte extension. La violence des jeunes de banlieue n’est créditée d’aucune signification, elle est souvent présentée comme gratuite ou simplement ludique. Or, si jeu dangereux il y a, il trouve en réalité son sens dans un certain état d’exaspération de populations qui se perçoivent comme des victimes, et de (non) dialogue entre ces populations et les pouvoirs publics. Les violences urbaines sont donc dans un certain sens une action politique, au sens où elles interpellent des adversaires dans ce qui est conçu comme un conflit, avec la question du sentiment d'exclusion sociale. Devenues quotidiennes, les violences urbaines prennent alors des formes diverses, contre les biens ou les personnes, elles peuvent être physiques ou symboliques. Des éruptions plus amples se produisent à l'occasion comme fin 2005, partout en France. Elles ont cherché majoritairement à viser les équipements et les institutions publiques, et à travers eux, l’État et ses représentants. De nombreuses analyses sociologiques sont menées afin de comprendre l'agressivité des jeunes et leur déviance, ce qui permet peut-être à la société d'y voir plus clair, et d'essayer dans un sens de changer la situation, afin de diminuer la déviance chez les jeunes. Pour aborder la question des violences urbaines, il y a obligation de mêler toutes les approches et toutes les logiques pour tenir compte de la complexité des situations.

 La médiatisation joue aussi un rôle important dans les violences urbaines. Elle influe en quelques sortes les jeunes à la déviance, en médiatisant les divers faits de sociétés. De plus, « les enfants et adolescents sont exposés à des niveaux de plus en plus élevés de violence dans les jeux vidéo auxquels ils s’adonnent, les paroles de musique qu’ils écoutent et les sites Web qu’ils fréquentent. Alors peut-être pouvons nous nous poser une question afin d'élargir les possibilités d'explication de ces violences : les violences urbaines n'ont-elles pas pour origine une certaine banalisation de la violence à l'écran? La violence ne serait-elle pas sur-médiatisée ?

Commentaires (1)

1. Anna 04/01/2014

Très bon site! En moment j'aborde les problèmes des jeunes Français en banlieu pour l'école et vous m'avez aidée beaucoup avec votre information :)
Salutations d'Autriche!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site